Saint Siméon

Saint Siméon le Stylite fut un ermite qui vécu de 389 à 359. Il fut avec Saint Antoine du désert un des précurseurs du monachisme en Orient.

Etant jeune Siméon fut bouleversé par les paroles de l’Evangile et décida de consacrer sa vie à la solitude et la prière. Après avoir passé dix ans au monastère de Teleda,  il passera dix ans de vie mystique à combattre le mal.

Ensuite voulant poursuivre sa quête de la Vérité il postulera au monastère de Telanissos à l’emplacement actuel des ruines du sanctuaire.

Mais après trois ans de vie recluse dans ce lieu, il se sentait appelé a plus.

Il décida de s’installer non loin au sommet d’une colline fermée par un enclos. Sa réputation s’étend dans tout l’Orient et beaucoup de voyageurs comme d’autochtones viennent demander sa bénédiction.

C’est alors qu’il entreprit de s’installer au sommet d’une colonne « stylos » en grec. Au départ elle était à douze mètres de haut puis étant victime de sa célébrité, elle sera rehaussée de seize mètres et entourée de balustrades.

Le stylisme un monachisme très particulier.

De nombreux disciples de Saint Siméon le suivront et partout dans la région des villes mortes on verra apparaître des ascètes stylites.

Ce qu’il reste de la colonne de Saint Siméon

A la différence des premiers moines qui s’installèrent en Egypte au IVe  siècle, qui retirés du monde (Saint Antoine fut l’un des premiers) se consacraient a une vie essentiellement contemplative , les stylites syriens gardaient un contact avec le monde et exhortaient à la foi de nombreuses foules.


Après plus de quarante ans de prêche, Siméon meurt en 476 ; sa dépouille est transportée à Antioche puis

Constantinople.

Le centre de pèlerinage continua jusqu’au IXème siècle. Il fut restauré jusqu’à la conquête byzantine puis laissé définitivement à l’abandon.

Saint Siméon nous aura laissé un fabuleux témoignage de la piété et de la spiritualité des premiers chrétiens et l’exemple d’une pleine consécration à l’appel du Seigneur.